Projet de federation AMHE Index du Forum

Projet de federation AMHE
Forum pour organiser le projet de federation AMHE en france

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

La question de l'affrontement réglé et de la notion d'assaut
Aller à la page: 1, 2, 3  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Projet de federation AMHE Index du Forum -> Projet de federation AMHE -> Projet d'organisation
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Pierre Alexandre Chaize
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 25 Sep 2008
Messages: 659

MessagePosté le: Jeu 13 Mai - 19:28 (2010)    Sujet du message: La question de l'affrontement réglé et de la notion d'assaut Répondre en citant

Au retour de ce Dijon, comme j'avais le coccyx explosé, j'ai eu le temps de regarder et de réfléchir. Et j'ai remarqué plusieurs choses.

L'importance des groupes s'isolant pour "sparrer" tranquilement
La masse de public et d'attention sur le tournoi

Du coup, surtout avec l'utilisation (un peu tardive sur l'arrivée) des simulateurs en nylon, je me suis posé (bon, pas tout seul, on en a lourdement discuté entre gens de la ghilde et avec d'autres) la question d'une part des assauts et d'autre part de la compet.

D'abord parce que, pour la première fois (bon, j'ai pas une expérience délirante des compets AMHE, mais un peu plus conséquente des compets en général) j'ai vu une vraie compétition, avec un déroulement classique, des gens mauvais, des gens stressés par l'enjeu, des gens bons, et une très très belle finale pour des AMHE. Même si j'ai des trucs a dire sur les règles. Et justement, que dire sur un corpus de règles s'appliquant sur les compétitions ? J'entends par la un corpus régulier approuvé par les assos participantes (et pas un truc a géométrie variable sur le moment). On pourrait même parler d'un systeme de priorité, étant donné le nombre très important de frappes simultanées. Ou l'établissement, a l'image de l'escrime de duel, de zones... et par répercution d'un staff d'arbitres compétents et soumis a des règles (et non pas a leur jugement propre)

Et ensuite, la question des assauts "libres". J'en ai vu un paquet qui se transformaient en touchette-game et encore plus où les frappes valables sont également a géométrie variable. En résulte une multiplication des frappes pour "certifier" son coup premier ou encore un passage en lutte alors qu'on a pas senti la grosse touche en plein torse.... D'ou, encore une fois, la question de l'éventuelle necessité de règles d'engagement.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 13 Mai - 19:28 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Aurélien


Hors ligne

Inscrit le: 13 Mai 2010
Messages: 3
Localisation: Reims

MessagePosté le: Jeu 13 Mai - 19:53 (2010)    Sujet du message: La question de l'affrontement réglé et de la notion d'assaut Répondre en citant

A mon sens, la nécessité n'est pas éventuelle Wink


Ca passerait d'abord par une différenciation nette des "traditions" pour la pratique de tournois.
Pourquoi ne pas regrouper entre eux les "grands styles" plus connus, plus couramment pratiqués, de leur dédier des tournois spécifiques, avec des règles d'engagement
qui correspondent aux logiques martiales de ces traditions ?


Ca permettrait d'avoir des règles et des normes, indispensables à la pratique d'un tournoi sérieux, qui ne soit pas "fourre-tout". 


C'est aussi, il me semble, un des buts premiers d'une fédération d'AMHE que de regrouper en son sein et d'organiser les différentes pratiques.
En allant jusqu'au bout, ça permettra d'avoir des tournois très ciblés, par tradition. 
Peut-être si on veut établir un tournoi plus général, qui mixerait toutes les traditions avec des règles un peu bâtardes... 
Mais ce serait comme faire s'affronter un boxeur et un catcheur...


Revenir en haut
Boisset Benoit


Hors ligne

Inscrit le: 28 Sep 2008
Messages: 58
Localisation: Clérieux

MessagePosté le: Ven 14 Mai - 12:34 (2010)    Sujet du message: La question de l'affrontement réglé et de la notion d'assaut Répondre en citant

 
Citation:
Pourquoi ne pas regrouper entre eux les "grands styles" plus connus, plus couramment pratiqués, de leur dédier des tournois spécifiques, avec des règles d'engagement
qui correspondent aux logiques martiales de ces traditions ?
Bonjour

Je suis justement de cette avis, bien sur il faudrai former des arbitres dédier a ce type de pratique en plus de ce que tu vient de citer, ceci ne peut que forcer aux pratiquants de rentrer dans un "moule" qui faciliterai vraiment la tâche pour jugé si le coup ou la technique est bonne.


 
Citation:
Ca permettrait d'avoir des règles et des normes, indispensables à la pratique d'un tournoi sérieux, qui ne soit pas "fourre-tout".
exacte!!!
J'ai participer au tournoi a l'épée longue de l'hemac et par exemple sur les touches (touche bien engagé et non hors distance d'après les règles) aucun arbitres était sur la même longueur d'onde, par exemple mon adversaire a toucher le bout du casque avec sa pointe et avec aucun engagement de sa part (si j'avais pas mon casque la pointe ne touche même pas le bout de mon nez), cette touche a était lancé sans aucun contrôle avec une seul main et le plus fort de tout elle a était validé par les arbitres...
J'ai remarqué aussi qu'ils ne sanctionné pas le manque d'engagement de certain participant, c'est plutôt frustrant quand on prend la peine d'aller de bon cœur aux assauts et que celui d'en face ne bouge pas.

Tout ça pour dire que nous avons encore énormément de boulot a faire pour avoir un type ou des types de tournois avec des règles bien définie. 
_________________
http://amhe.epee-medievale.com/


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Vincent Le Chevalier


Hors ligne

Inscrit le: 02 Oct 2008
Messages: 93

MessagePosté le: Mar 25 Mai - 13:36 (2010)    Sujet du message: La question de l'affrontement réglé et de la notion d'assaut Répondre en citant

C'est un énorme boulot qui reste à faire sur ces points... Et le noeud du problème, ce sont les règles.

Rien que sur les règles basiques d'engagement il y a des débats sans fin sur les autres forums. La vérité étant que bien peu de groupes arrivent à se mettre précisément d'accord sur ce qui est recherché... Du coup les règles évoluent en permanence. Les arbitres sont aussi avant tout des pratiquants, dont les jugements reflètent en partie leur compréhension des règles, en partie leur vision (forcément imparfaite) de ce qui se passe, et en partie les objectifs de la pratique de leur groupe. C'est inévitable... Tant qu'on aura pas de règles stables on ne pourra pas vraiment entraîner les juges.

Sur les règles la distinction principale se place entre ceux qui considèrent que l'assaut doit être un jeu permettant de développer des attributs martiaux, et ceux qui pensent que l'assaut doit être une simulation aussi proche que possible d'un combat "réel" (expression au sens assez imprécis aussi). Scott Brown l'a dit sur le forum de la Schola Gladiatoria, et je suis d'accord avec cette division fondamentale. Personnellement il y a quelques années j'aurais cherché le deuxième aspect, maintenant je pense que c'est tout simplement impossible et qu'on gagnerait du temps à se concentrer sur le premier.

Le problème c'est que la majeure partie (de mon expérience) des groupes AMHE se placent sur le second objectif. Il y a pas mal de pratiquants qui ne veulent pas entendre parler de règles de priorités, de zones valables ou autre parce que ça rapproche la pratique de l'ennemi héréditaire, l'escrime sportive. Pourtant je suis d'accord pour dire que ça réglerait pas mal de soucis en terme de lisibilité et d'animation du combat.

Personnellement j'ai proposé une ébauche de règles volontairement non-réalistes, que peu de gens à ma connaissance ont vraiment essayé. Si ça intéresse quelqu'un ici, ne vous gênez pas pour tester...

Et encore, on n'a pas parlé des équipements, dont l'évolution ou la qualité a forcément un impact sur les règles...


Revenir en haut
Pierre Alexandre Chaize
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 25 Sep 2008
Messages: 659

MessagePosté le: Mer 26 Mai - 12:20 (2010)    Sujet du message: La question de l'affrontement réglé et de la notion d'assaut Répondre en citant

Citation:
le noeud du problème, ce sont les règles.

Tout a fait. Et le fait qu'elles soient acceptées Smile

Citation:
Les arbitres sont aussi avant tout des pratiquants, dont les jugements reflètent en partie leur compréhension des règles, en partie leur vision (forcément imparfaite) de ce qui se passe, et en partie les objectifs de la pratique de leur groupe. C'est inévitable... Tant qu'on aura pas de règles stables on ne pourra pas vraiment entraîner les juges.

De toute facon, un arbitre n'est pas infaillible. C'est pour ca qu'il doit suivre des règles et que ces règles doivent être connues de l'arbitre ET des participants. Si ces derniers ne savent pas quand ils gagnent et quand ils perdent, ca devient vite le bordel.

Citation:
Sur les règles la distinction principale se place entre ceux qui considèrent que l'assaut doit être un jeu permettant de développer des attributs martiaux, et ceux qui pensent que l'assaut doit être une simulation aussi proche que possible d'un combat "réel" (expression au sens assez imprécis aussi).

Je ferais une distinction différente. A mon sens, un assaut peut servir a deux choses :

-Valider/tester les acquis techniques, donc tester la technique escrimale a proprement parler. C'est, grossièrement, le cas en kendo où les cibles sont limitées aux endroits visés par la technique. Par exemple, un coup aux mains lancé sur une attaque kote n'est pas valide parce qu'il touche les mains, et pas le poignet. Idem pour un coup à la tête. S'il touche le coté du masque, c'est pas bon, même si dans la vie, ca ne change pas des masses le résultat. Un men doit toucher le front, devant, a droite ou a gauche. Pas l'oreille, pas la joue, le front.

-Tester l'aspect combat, donc les combattants, ce qui dépasse le cadre technique pour prendre en compte la stratégie, la psychologie et l'agressivité. Là, on tombe (toujours de manière très résumée) dans l'escrime moderne. Simon en parlera mieux que moi.


Revenir en haut
Pierre Alexandre Chaize
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 25 Sep 2008
Messages: 659

MessagePosté le: Mer 26 Mai - 12:22 (2010)    Sujet du message: La question de l'affrontement réglé et de la notion d'assaut Répondre en citant

Il y a eu aussi le post de Rawlings sur le swordforum

http://www.swordforum.com/forums/showthread.php?t=97238


Revenir en haut
Vincent Le Chevalier


Hors ligne

Inscrit le: 02 Oct 2008
Messages: 93

MessagePosté le: Mer 26 Mai - 16:22 (2010)    Sujet du message: La question de l'affrontement réglé et de la notion d'assaut Répondre en citant

Pierre Alexandre Chaize a écrit:
De toute facon, un arbitre n'est pas infaillible. C'est pour ca qu'il doit suivre des règles et que ces règles doivent être connues de l'arbitre ET des participants. Si ces derniers ne savent pas quand ils gagnent et quand ils perdent, ca devient vite le bordel.

De ce point de vue l'annonce très tardive des règles comme ça s'est produit à Dijon n'est pas vraiment idéale...
J'ajouterais que pour le public la clarté (et la stabilité) des règles compte aussi.

Citation:
Je ferais une distinction différente. A mon sens, un assaut peut servir a deux choses :

-Valider/tester les acquis techniques, donc tester la technique escrimale a proprement parler. C'est, grossièrement, le cas en kendo où les cibles sont limitées aux endroits visés par la technique. Par exemple, un coup aux mains lancé sur une attaque kote n'est pas valide parce qu'il touche les mains, et pas le poignet. Idem pour un coup à la tête. S'il touche le coté du masque, c'est pas bon, même si dans la vie, ca ne change pas des masses le résultat. Un men doit toucher le front, devant, a droite ou a gauche. Pas l'oreille, pas la joue, le front.

-Tester l'aspect combat, donc les combattants, ce qui dépasse le cadre technique pour prendre en compte la stratégie, la psychologie et l'agressivité. Là, on tombe (toujours de manière très résumée) dans l'escrime moderne. Simon en parlera mieux que moi.


Pour moi ce sont deux volets de la même chose. Il y en a juste un qui est plus technique et l'autre plus tactique, et encore (la base de l'escrime sportive comporte des conventions qui ressemblent à celle du kendo, et ça m'étonnerait qu'il n'y ait rien en kendo qui concerne la stratégie, la psychologie et l'aggressivité).

Ni l'escrime moderne ni le kendo ne cherchent à simuler un combat réel (enfin, sauf dans la tête de certains pratiquants). Il semble que certains viennent chercher dans les AMHE cet aspect simulation qui ne se trouve pas dans les sports de combat avec armes. Sauf qu'on arrive pas à faire la simulation Sad

Les règles de David Rawlings sont intéressantes et surtout cherchent à établir un standard, ce qui ne pourrait faire que du bien. Par contre, moi j'ai beaucoup de mal avec leur présentation et leur verbosité. Franchement c'est difficile à expliquer... Déjà que le tennis tout le monde n'arrive pas à comprendre...


Revenir en haut
Pierre Alexandre Chaize
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 25 Sep 2008
Messages: 659

MessagePosté le: Mer 26 Mai - 16:34 (2010)    Sujet du message: La question de l'affrontement réglé et de la notion d'assaut Répondre en citant

Citation:
Pour moi ce sont deux volets de la même chose.


Justement je ne pense pas. On peut valider la connaissance d'une technique sans combat ou dans une forme extrèmement réglée de rencontre qui n'est plus vraiment un combat.


Citation:
la base de l'escrime sportive comporte des conventions qui ressemblent à celle du kendo


Oui et non. Il n'existe pas vraiment en kendo les conventions de priorité de l'escrime, par exemple. Ni les conventions d'engagement (lames croisées en leur pointe) pour un autre exemple.


Citation:
ça m'étonnerait qu'il n'y ait rien en kendo qui concerne la stratégie, la psychologie et l'aggressivité


Oh si, mais c'est très cadré et surtout c'est au service de la technique (et non pas l'inverse). Prenons un exemple:

Dans une bonne partie des styles d'épées longues, on observe une phase qu'on pourrait appeller phase d'approche ou phase hors distance. On peut ainsi batir une stratégie hors de la distance de frappe. En kendo, l'engagement conventionel lames croisées empèche cette approche et ainsi certains pans techniques. Ainsi, prendre une garde jo-dan dans le cadre d'un assaut de kendo revient a signer sa perte de point, puisqu'on perd le fer et qu'on s'ouvre dès le début du combat. On assiste ici à une convention qui cherche à minimiser l'impact d'un adversaire ultra menaçant hors distance pour renforcer le jeu technique au fer et le sentiment de la pression au bout du sabre. Et ca permet de lier l'assaut de compétition avec le travail au kensen.

En escrime, je crois me souvenir qu'on a au contraire cette phase d'approche et donc un travail tactique en amont du travail technique.

On peut poursuivre sur la gestion des cibles. En kendo, on travaille sur des points précis. En escrime sur des zones autorisées. Le premier cherche à valider un acquis technique tandis que le second me donne l'impression d'utiliser cette technique pour départager deux combattants et l'utilisation qu'ils font de cette technique pour toucher l'autre (plus quau kendo avec un endroit précis de l'autre sur un geste lui même tout aussi précis)

Citation:
Ni l'escrime moderne ni le kendo ne cherchent à simuler un combat réel


Hum, justement, je sais pas. L'assaut n'est PAS la finalité absolue du kendo, le travail au bokken, les katas et les formes sont tous aussi important que la rencontre. En escrime, tout tend a cette rencontre, c'est l'objectif final. Dans un sens, finalement, l'escrime tend a simuler (l'histoire des priorités tend a le confirmer, je pense, pour ce que j'en sais) un combat dans un cadre très précis.



Revenir en haut
Vincent Le Chevalier


Hors ligne

Inscrit le: 02 Oct 2008
Messages: 93

MessagePosté le: Mer 26 Mai - 17:44 (2010)    Sujet du message: La question de l'affrontement réglé et de la notion d'assaut Répondre en citant

Pierre Alexandre Chaize a écrit:
Citation:
Pour moi ce sont deux volets de la même chose.

Justement je ne pense pas. On peut valider la connaissance d'une technique sans combat ou dans une forme extrèmement réglée de rencontre qui n'est plus vraiment un combat.

Ce qui tendrait à prouver que dans les deux cas les assauts remplissent un rôle similaire, justement. Ca ne valide pas que la technique, mais aussi l'à-propos. Et c'est bon pour l'ego Smile

Citation:
Citation:
la base de l'escrime sportive comporte des conventions qui ressemblent à celle du kendo
Oui et non. Il n'existe pas vraiment en kendo les conventions de priorité de l'escrime, par exemple. Ni les conventions d'engagement (lames croisées en leur pointe) pour un autre exemple.


Je pense que ce sont juste deux façons de régler un même problème, départager les deux combattants alors que l'échange n'est pas clair... En escrime il y a priorité + zone valables, en kendo il y a forme de la coupe + zone valable très restreinte.

Citation:
Oh si, mais c'est très cadré et surtout c'est au service de la technique (et non pas l'inverse). Prenons un exemple:

Je n'étais pas conscient que le jodan était si défavorisé... Quoique je comprenne que dans ce style de combat cette garde ne soit pas efficace. C'est vraiment mentionné dans les règles?

Citation:
L'assaut n'est PAS la finalité absolue du kendo, le travail au bokken, les katas et les formes sont tous aussi important que la rencontre. En escrime, tout tend a cette rencontre, c'est l'objectif final. Dans un sens, finalement, l'escrime tend a simuler (l'histoire des priorités tend a le confirmer, je pense, pour ce que j'en sais) un combat dans un cadre très précis.

Oui l'escrime a évolué plus rapidement vers le tout-compétition (enfin tout-assaut). Cela dit donnons au kendo quelques décennies avant de juger, je ne pense pas qu'il en soit à l'abri... J'avais la sensation que le travail des katas et du boken tendait à être de plus en plus négligé (j'ai peut-être lu que des ouvrages de vieux réactionnaires Wink ).

Ceci étant, en combat il n'y a pas de priorité ni de zone valable, justement. C'est d'ailleurs pour ça que l'épée (en tant qu'arme de l'escrime sportive) a été développée: comme simulation de l'escrime de duel. Le travail au fleuret est normalement plus technique, plus abstrait aussi, mais c'est pour ce que j'en sais la forme originelle.

Les règles de priorité sont là pour forcer à construire une belle phrase d'arme, chose qui n'a rien de naturel (surtout quand on ne risque pas son intégrité physique). Ce sont pour moi des règles artificielles qui conduisent à travailler spécifiquement les actions que l'on veut savoir faire. Elles ne constituent pas une simulation plus réaliste...


Revenir en haut
Pierre Alexandre Chaize
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 25 Sep 2008
Messages: 659

MessagePosté le: Mer 26 Mai - 18:12 (2010)    Sujet du message: La question de l'affrontement réglé et de la notion d'assaut Répondre en citant

Citation:
Je n'étais pas conscient que le jodan était si défavorisé... Quoique je comprenne que dans ce style de combat cette garde ne soit pas efficace. C'est vraiment mentionné dans les règles?
En 1931 les techniques officielles de kendo furent fixées et jodan fut, si l'on reprend le terme, tolérée. Le nito étant lui totalement exclu. Et même les spécialistes de la garde Jodan, comme Yamamoto Shujiro et son élève Okada Morihiro, sont arrivés à la conclusion de la relative inutilité de Jodan face à un bon kendoka dans le cadre d'un assaut de kendo. Je crois que j'ai un texte de lui sur cette garde et ses énormes faiblesses en kendo.
Citation:
Ceci étant, en combat il n'y a pas de priorité
Mais en combat il y a la peur et l'enjeu, choses que les règles et les priorités ont pour but de simuler. De là a dire que l'assaut réglé a pour but de simuler un combat en recréant d'une autre manière les sentiments d'une réelle opposition, il n'y a qu'un pas. Attention, je ne dis pas que tout le monde le prend dans ce sens, je dis que c'est le but premier. Après, toutes les règles sont détournables. Et l'absence de règles aussi, c'est détournable, puisqu'il y en a toujours dans un combat, même a mort.

Citation:
Oui l'escrime a évolué plus rapidement vers le tout-compétition (enfin tout-assaut).


Pour avoir plusieurs amis dans le circuit, il y a quand meme une bonne dose d'acquisition technique en escrime. L'assaut est la validation de ces acquis par un combat (qui clos toute étude technique) mais il y a aussi ce travail en amont, meme s'il ne constitue pas la finalité.

Et finalement, ca pose une question globale tout ca : Les amhe, c'est une connaissance technique comme finalité ou bien un travail technique pour s'affronter en assaut ? C'est de l'érrudition ou un art martial ?


Revenir en haut
Vincent Le Chevalier


Hors ligne

Inscrit le: 02 Oct 2008
Messages: 93

MessagePosté le: Mer 26 Mai - 18:23 (2010)    Sujet du message: La question de l'affrontement réglé et de la notion d'assaut Répondre en citant

Pierre Alexandre Chaize a écrit:
Pour avoir plusieurs amis dans le circuit, il y a quand meme une bonne dose d'acquisition technique en escrime. L'assaut est la validation de ces acquis par un combat (qui clos toute étude technique) mais il y a aussi ce travail en amont, meme s'il ne constitue pas la finalité.

Oui oui, je disais juste que l'acquisition technique avait plutôt comme but l'application en compétition et nulle part ailleurs.

Citation:
Et finalement, ca pose une question globale tout ca : Les amhe, c'est une connaissance technique comme finalité ou bien un travail technique pour s'affronter en assaut ? C'est de l'érrudition ou un art martial ?

Les deux mon capitaine Smile
A mon avis ça ne peut pas être érudition seulement. L'érudition doit servir à concevoir des exercices techniques et tactiques, dont des règles d'assaut, dont on peut espérer que ça enrichisse en retour l'érudition.

Si l'assaut devient la finalité alors on peut oublier les sources à plus ou moins long terme (c'est si je comprend bien ce qui se passe dans la SCA). Or c'est dans l'interaction avec les sources que réside l'originalité des AMHE. Utiliser le sport pour comprendre la source et la source pour concevoir le sport.


Revenir en haut
Vincent Le Chevalier


Hors ligne

Inscrit le: 02 Oct 2008
Messages: 93

MessagePosté le: Mer 26 Mai - 18:30 (2010)    Sujet du message: La question de l'affrontement réglé et de la notion d'assaut Répondre en citant

Et j'ai oublié ça :
Pierre Alexandre Chaize a écrit:
Mais en combat il y a la peur et l'enjeu, choses que les règles et les priorités ont pour but de simuler. De là a dire que l'assaut réglé a pour but de simuler un combat en recréant d'une autre manière les sentiments d'une réelle opposition, il n'y a qu'un pas.

Tout ça ce serait très joli, malheureusement des coups doubles en duel il y en a eu, des tas même. Pour une raison très simple: quand on a un combat à l'épée, il y a normalement au moins un combattant qui a vraiment envie de tuer l'autre et qui pense plus à ça qu'à sauver sa peau. Quand les deux sont dans cet état d'esprit... Le fait est que l'obsession de la suppression du coup double qui agite les AMHE ne repose pas sur une envie de simuler, mais sur un désir de voir et de s'entraîner à de belle techniques.

Pour la priorité, à l'origine ça a peut-être aussi joué le rôle de règle de sécurité. Si on autorise n'importe qui à attaquer n'importe quand c'est difficile de maîtriser très bien les coups portés, et sans masque... Ca fait des dégâts.


Revenir en haut
Pierre Alexandre Chaize
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 25 Sep 2008
Messages: 659

MessagePosté le: Mer 26 Mai - 19:27 (2010)    Sujet du message: La question de l'affrontement réglé et de la notion d'assaut Répondre en citant

Citation:
Oui oui, je disais juste que l'acquisition technique avait plutôt comme but l'application en compétition et nulle part ailleurs.

Je remplaçerais juste "compétition" par "assaut".

Citation:
Tout ça ce serait très joli, malheureusement des coups doubles en duel il y en a eu, des tas même.


 Et donc encore une fois se pose la question : Voulons nous faire des AM dans l'optique des sources (donc ipso facto recréer une pratique martiale traditionelle) ou bien pour être des guerriers ?

Cela dit, le coup double se rencontre dans tous les AM et tous les AM cherchent a le bannir. Donc je ne pense pas que ce soit si problématique que ca. Divers systèmes ont d'ailleurs vus le jour et on en tire les conclusions suivantes. Quand il y a coup double, on peut:

Sanctionner les deux protagonistes (genre -1. -1)
Récompenser les deux touches (+1. +1)
Jouer sur les temps (si coup double dans le même temps, pas de point, si coup double dans des temps différents, récompenser le premier)

Dans tous ces cas, on a trois options. Soit on punit les deux, soit on récompense les deux, soit on accorde le point a l'un des deux. Chaque système a son avantage et peut etre mixé dans un enseignement. Par exemple, rien n'empèche un enseignant de poser la règle "seul le dernier coup frappe" pour encourager tel ou tel comportement.

Par répercution, rien n'empèche d'utiliser aussi ces variantes dans des assauts de poule ou de compet amicale. Ca demande par contre de savoir ce qu'on veut comme compétition et ce qu'on veut encourager comme comportement.

Citation:
voir et de s'entraîner à de belle techniques.

Oui, mais je trouve justement ca important et révélateur pour ce qui est de l'état d'esprit de la communauté.

Pour revenir sur cette histoire de priorité, j'avais entendu/lu que les priorités avaient été concues en réaction aux coups suicidaires des tireurs. La tention de l'assaut étant bien inférieure en terme d'enjeu qu'un duel avec de vraies armes, il en résultait un comportement faussé, un tireur prenant le risque de se faire toucher pour en mettre une et éventuellement combler un retard, intimider l'adversaire ou encore tenter la victoire aux points. L'introduction de priorités a eu alors pour but de simuler la tention et la volonté de sauver sa peau en donnant la priorité a celui qui prenait une parade pour riposter. On encourageait par un réglement la défense et ainsi simulait la peur. On remettait un enjeu, si tu veux.

Maintenant, ce système a été perverti dans une certaine mesure, mais tout simplement parce que c'est inévitable. Dans un assaut, l'un des deux veut gagner, c'est normal. Et pour gagner, on est pret a beaucoup. C'est aussi simple que ca. Et beaucoup implique utiliser les règles a son avantage.

Ca me rappelle les anciennes priorités qui ont sautées lors de l'introduction de l'escrime a la télé et qui ont été remplacées par un jeu plus agressif et donc plus spectaculaire... Mais là, je laisserais les escrimeurs pros en parler, je suis trop mauvais là dedans.

Cela dit, pour revenir a tout ce tintoin, on pourrait cibler la thématique de l'assaut réglé. Par exemple, parler d'un aspect essenciel d'un assaut réglementé : La surface. Perso, je pense qu'il faut une surface maximum pour s'affronter, surface qui varie en fonction des armes employées (une piste de dussack n'est pas une piste d'épée longue, et je ne parlerais pas du baton). Et vous ?


Revenir en haut
Vincent Le Chevalier


Hors ligne

Inscrit le: 02 Oct 2008
Messages: 93

MessagePosté le: Mer 26 Mai - 21:26 (2010)    Sujet du message: La question de l'affrontement réglé et de la notion d'assaut Répondre en citant

Pierre Alexandre Chaize a écrit:
Par répercution, rien n'empèche d'utiliser aussi ces variantes dans des assauts de poule ou de compet amicale. Ca demande par contre de savoir ce qu'on veut comme compétition et ce qu'on veut encourager comme comportement.

Et oui, c'est bien la question... Qu'est-ce qu'on veut voir?
C'est vraiment une question martiale et qui a vocation a recouvrir plusieurs traditions (puisqu'on ne sépare pas les traditions en compétition): quels sont les points communs entre les techniques des sources et quelles règles peut-onconcevoir pour les imposer?

Citation:
Cela dit, pour revenir a tout ce tintoin, on pourrait cibler la thématique de l'assaut réglé. Par exemple, parler d'un aspect essenciel d'un assaut réglementé : La surface. Perso, je pense qu'il faut une surface maximum pour s'affronter, surface qui varie en fonction des armes employées (une piste de dussack n'est pas une piste d'épée longue, et je ne parlerais pas du baton). Et vous ?

Je suis d'accord, mais je suis bien incapable de donner une mesure de cette surface Smile


Revenir en haut
Pierre Alexandre Chaize
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 25 Sep 2008
Messages: 659

MessagePosté le: Mer 26 Mai - 21:34 (2010)    Sujet du message: La question de l'affrontement réglé et de la notion d'assaut Répondre en citant

Citation:
C'est vraiment une question martiale et qui a vocation a recouvrir plusieurs traditions (puisqu'on ne sépare pas les traditions en compétition): quels sont les points communs entre les techniques des sources et quelles règles peut-onconcevoir pour les imposer?

La piste déja, a mon avis. Pour répondre a tes deux phrases, je pense que c'est l'arme qui va délimiter cette surface, probablement une largeur permettant de circuler sans s'enfuir et de frapper sans s'enfermer. Une longueur suffisante pour engager hors distance et se réserver une distance derrière pour reculer et gérer.

Pour les règles, je serais, a l'image de mon compère monsieur Blanchet, toujours favorable a l'élimination de cibles plutot qu'a l'alourdissement des protections. Donc a des règles qui restreingnent un peu les surfaces d'impact et le déroulement du combat. Ainsi, penser a supprimer la lutte au sol qu'on voit toujours lors des sparrings libres me semblerait une bonne idée, notamment a cause de la faible proportion de ces techniques sur la totalité des corpus de sources. Comme la non validité des coups de plats.

Se pose aussi la question des mains. Je sais qu'en combat, ca se touche. Mais souvent, elles sont plus touchées par coup de bol que par coup technique. Et un assaut vaut il la peine de récompenser les coups de bols ?

C'est ce genre de question qui, a mon sens, sont importantes a poser, en terme de pratique, parce qu'elles demandent d'identifier, enfin, ce qu'on veut faire des AMHE. Et a mon sens, il faut s'éloigner de l'art martial "radical" "efficace" ou "effective killing". L'article de JC Amberger était d'ailleurs interessant a ce sujet.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 00:51 (2017)    Sujet du message: La question de l'affrontement réglé et de la notion d'assaut

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Projet de federation AMHE Index du Forum -> Projet de federation AMHE -> Projet d'organisation Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2, 3  >
Page 1 sur 3

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com